C’est dimanche, on est allé au cinéma pour voir… Steve Jobs ! Pour certains il demeure un maître spirituel, pour d’autres, c’est un personnage désormais cliché quand on parle de startup. Dans le film Steve Jobs, on découvre « juste » un homme qui a mis sa personnalité dans ses produits, sa marque, comme personne ne l’a fait.

Situé dans les coulisses de trois lancements de produits emblématiques et se terminant en 1998 avec le dévoilement de l’iMac, Steve Jobs nous entraîne dans les coulisses de la révolution numérique pour peindre un portrait intime de l’homme brillant à son épicentre.

A voir pour le film, le cinéma, avant de le voir pour Jobs

Des dialogues brillants et mesurés pour présenter ce « chef d’orchestre » qui a révolutionné le 21ème siècle avec Apple. Ce film nous intrigue par ses aspects « inspirés de faits réels » mais il aurait été tout aussi génial pour présenter un businessman fictif. La personnalité de Steve Jobs est tantôt admirée, tantôt critiquée et peu importe la vérité, ce film est à voir pour le génie d’un homme qui a pris des risques énormes pour suivre sa vision.

ATTENTION A CEUX QUI NE L’AURAIENT PAS ENCORE VU, L’ARTICLE REVELE DES PASSAGES DU FILM :)

Le grand débat lorsqu’on sort de la séance: « Apple survivra-t-elle sans Jobs ? »

Jobs a fait Apple, de A à Z. Ses produits sont représentatifs de sa personnalité. L’exemple flagrant:  le circuit fermé pour garder le contrôle, ne laissez personne d’autre influencer la technologie Apple.  Puis il a été viré par le conseil d’administration, avant d’être rappelé à la tête de Apple par le rachat de NeXt… Le sens du détail, Lisa… Apple est Jobs.

« Celui qui a dit que le client est roi était un client »

Cette citation (vraie ou fausse) illustre bien la vision de Steve Jobs qui savait ce qui allait fonctionner, sans même écouter le marché.

Aux dernières nouvelles, Apple a été détrônée par Google dans le top des entreprises cotées en Bourse… La malédiction Apple semble continuer sans réelle innovation depuis la disparition de son fondateur.

A la fin du film, on a presque envie de voir sa fille Lisa incarnée Apple et reprendre l’histoire d’une marque devenue mythique.

Et vous, comment imaginez-vous l’avenir d’Apple ?