Que toutes les mamans se posent la question: l’école tue-t-elle la créativité ? Je reprends ici quelques lignes du célèbre TED de Ken Robinson pour illustrer une question que beaucoup se pose. En grandissant, un enfant dessine moins, pose moins de questions, il doit d’abord écrire et apprendre un programme précis.

EINSTEIN-creativite-300x300

L’éducation, qu’elle soit française, américaine, ou singapourienne, répond à un système fordiste de standardisation avant de mettre en avant l’unicité, les intelligences multiples, le talent de chaque enfant. En voilà un bel exemple grâce à Ken Robinson:

« J’ai été ainsi fasciné par une conversation que j’ai eue avec une merveilleuse femme que peut-être la plupart des gens ne connaissent pas, qui s’appelle Gillian Lynne, vous la connaissez? Certains oui. Elle est chorégraphe et tout le monde connaît son travail. Elle a fait « Cats » et le « Fantôme de l’opéra » Elle est merveilleuse. J’ai été au conseil d’administration du Royal Ballet, d’Angletere, comme vous pouvez le voir. En tout cas, en déjeunant avec elle, je lui demande, « Gillian, comment es-tu devenue danseuse? » Et elle me répond – c’est intéressant – que quand elle était à l’école, elle était vraiment sans espoir. Et l’école, dans les années 30, avait même écrit à ses parents en disant, « Nous pensons que Gillian a un problème pour apprendre. » Elle ne pouvait pas se concentrer, était turbulente. Je pense qu’on dirait maintenant qu’elle a le Trouble du Déficit de l’Attention. N’est-ce pas? Mais c’était dans les années 30, et le TDA/H n’avait pas encore été défini. Ce n’était pas une option disponible. Les gens ne savaient pas qu’ils pouvaient avoir cela.

Bref, elle est allée voir ce spécialiste. Dans cette pièce aux lambris de chêne. Et elle était là avec sa mère, assise sur cette chaise au fond, assise sur ses mains depuis 20 minutes au moins pendant que l’homme discutait avec sa mère des problèmes de Gillian à l’école. Et à la fin — parce qu’elle gênait les autres, ses devoirs étaient toujours en retard, etc, etc, — petit fille de 8 ans — à la fin le docteur s’est assis près de Gillian et lui a dit, « Gillian, J’ai écouté toutes les choses que ta mère m’a dites et j’ai besoin de lui parler en privé » Il lui dit, « Attends là, nous ne serons pas long. » Et ils sont sortis et l’ont laissée. Mais quand ils quittèrent la pièce, il alluma la radio posée sur son bureau. Et quand ils quittèrent la chambre, il dit à sa mère, « Restez juste là et observez-là. » A la minute où ils quittèrent la pièce, elle m’a raconté, qu’elle était debout, en train de bouger avec la musique. Et ils l’ont regardée pendant quelques minutes puis il s’est retourné vers sa mère et a dit, « Mme. Lynne, Gillian n’est pas malade, c’est une danseuse. Inscrivez là à une école de danse. »

J’ai dit, « Qu’est ce qui s’est passé? » Elle m’a répondu, « Elle l’a fait. Et c’était merveilleux. Nous avancions dans cette pièce remplie de gens comme moi. De gens qui ne pouvaient pas s’asseoir sans bouger, De gens qui devaient bouger pour pouvoir penser. » Ils ont fait du ballet, de la claquette, du ballet jazz du moderne, du contemporain. Elle a finalement été auditionnée pour la Royal Ballet School, elle est devenue soliste, et eut une merveilleuse carrière au Royal Ballet. Elle fut diplômée du Royal Ballet School et fonda sa propre troupe, la Gillian Lynne Dance Company, elle rencontra Andrew Lloyd Weber. Et elle fut responsable de certaines des plus grandes comédies musicales de tous les temps, elle donna du plaisir à des millions de personnes et est multi-millionnaire. Quelqu’un d’autre l’aurait sans doute mis sous médicament en lui disant de se calmer. »

On n’est pas tous fait pour passer un examen écrit, on n’est pas tous fait pour rester assis, en face d’un grand tableau blanc parmi une centaine d’étudiants… Et pourtant, on est tous doués pour quelque chose que l’école, aujourd’hui, ne sait pas mettre en valeur. Quelle solution pour créer des enfants confiants et sûrs de leurs compétences, de leurs talents ?