Intuitions, sagesses et pensées de Steve Jobs ! Un (très) beau livre de citations du créateur de Apple qu’on ne présente plus.

Je partage ici mes petites préférées:

A propos des grandes idées… »Au final, cela se résume à une question de goût. Il s’agit de s’imprégner de ce que l’humanité a fait de mieux et, ensuite, d’essayer d’en imprégner ce que l’on fait. Picasso disait: les bons peintres copient, les grands peintres volent. Nous n’avons jamais eu honte de voler les grandes idées. Je pense que ce qui a en partie rendu génial le Macintosh, c’est que les gens qui travaillent dessus étaient des musiciens, des poètes, des peintres, des zoologistes et des historiens qui se trouvaient aussi être les meilleurs informaticiens du monde. » Triumph of the Nerds, PBS, juin 1996

11949820_10206513198379990_719237325_n

Pour dépasser le problème… « En gros, voici comment ça se passe. Les designers ont une idée vraiment géniale. Ils la soumettent aux ingénieurs, qui leur répondent: « Non, on ne peux pas le faire. C’est impossible ! » Et ça ne s’arrête pas là. Ensuite, ils s’adressent à la fabrication qui leur dit: « On ne pourra jamais fabriquer ça ! » Et ça continue… Bien entendu, quand on parle avec les ingénieurs, ils invoquent trente-six raisons. J’ai donc insisté: « Mais si, c’est ce qu’on va faire. » Ils m’ont demandé: « Ah bon, pourquoi ? » Et j’ai rétorqué: « Parce que je suis le PDG et que j’estime que c’est faisable. » Ils l’ont donc fait plus ou moins à contrecoeur. Mais ç’a été un énorme succés. » Time, 16 octobre 2005

A propos du design, et donc de l’une des grandes révolutions menées par Apple: « Dans le vocabulaire de la plupart des gens, design signifie superficiel. C’est du niveau de la décoration. Le tissu des rideaux et du canapé. Mais pour moi, rien ne pourrait être plus éloigné de la signification du design. Le design est l’âme fondamentale d’une création humaine qui finit par s’exprimer dans les couches extérieures du produit ou du service. » CNNMoney/Fortune, 24 janvier 2000

Et bien sûr un tas d’autres réflexions sur la vie, le travail, sur la concurrence, sans oublier les plus célèbres (Stay hungry, stay foolish…). En deux jours dans le métro, ces 194 pages étaient terminées :) !

 

Livre édité par Georges Beahm aux éditions Michel Lafon, 11,95euros